6 يوليو، 2017

L’AMCC : Pour une approche de lutte contre le changement climatique :


L’ONG O.S.E. vient d’ organiser un atelier de démarrage pour son projet de renforcement de la résilience des agriculteurs et éleveurs contre le changement climatique à travers la gestion .
intégrée des ressources naturelles
Ce projet, comme  d’autres projets au Brakna et en Assaba,  rentre dans le cadre de l’action de l’AMCC  « Alliance mondiale contre le changement climatique »,  financé par l’Union Européenne en partenariat avec le PNUD et la Coopération Allemande à travers la GIZ dans le cadre du programme GEF SGP «Small  Grant  Programme / Mauritanie ».
 L’Union Européenne a pris au sérieux les grandes mutations qui ont eu lieu dans le pays suite aux sécheresses répétées.
La politique de l’Union Européenne rentre dans le cadre de la stratégie de l’AMCC visant à appuyer les franges les plus vulnérables en matière de résilience contre le changement climatique.
Rappelons que les grandes mutations qui ont, significativement, impacté le milieu rural suite aux successions des sécheresses dont les conséquences sont les suivantes :
1-     Fixation spatiale des anciens éleveurs autour des axes routiers, des points d’eau et au niveau des quartiers périphériques des grandes agglomérations.
2-     Déficit et réduction du cycle pluviométrique.
3-     Dégradation du milieu naturel.
4-     Changement du niveau de vie des habitants.    
Prenant la parole à cette occasion, le président de l’O.S.E Mr Lemhaba O. Ahmed a passé en revue le programme de son ONG dans la localité d’Elkhout Elwoustani, dépendant de la commune de Male, Wilaya du Brakna. C’est  ainsi qu’il a  indiqué que Le projet vise à lutter contre les effets des changements  climatiques, améliorer la diversité biologique des écosystèmes naturels, et de lutter contre la dégradation des terres par l’érosion éolienne et hydrique qui est favorisée par les effets néfastes des sécheresses répétées dont souffre la population mauritanienne en général et celle de la frange la plus démunie des habitants de cette contrée.
 Le plan d’action de l’O.S.E, dit- il,  comprend plusieurs volets dont :
1-  La sécurisation des champs céréaliers et des jardins maraichers des coopératives féminines.
2-  Distribution des semences certifiées, une action que l’ONG, d’ailleurs, a anticipée depuis le début du mois de juin tenant compte du cycle pluviométrique.
3- Appui aux coopératives féminines dans le domaine de la culture maraichère.
4-  Mise en défens et mise en place des seuils filtrants pour la protection de la clôture  contre les eaux des pluies, une autre activité que l’ONG a anticipée.
5- Encadrement des comité villageois pour la gestion des espaces forestiers.
Le président de l’ONG a ensuite remercié les partenaires de la Mauritanie qui n’ont cessé d’apporter leur appui aux efforts du pays dans le cadre de l’environnement et du développement durable. Cette action, dira-t-il, réduira les effets négatifs du co2,  favorisera la sécurité alimentaire et préservera le milieu naturel qui n’a cessé de se dégrader à cause des sécheresses et des pratiques désastreuses de l’Homme.

Ont pris part à cet atelier du démarrage les autorités administratives de la place, le coordinateur du programme SGP au niveau du PNUD Mr Ba Amadou, le coordinateur du développement  Limam O. Abdawa, Mr Kane de la GIZ  et le délégué de l’environnement au Brakna Ebnou O. Oumoulkheir.
Notons, en fin, que le renforcement de la résilience est l’un des piliers  des objectifs de l’UE contre les chocs du changement climatique qui figure dans son programme AMCC qui , pour l’histoire, a été créée par l'Union européenne  en 2007 en vue de renforcer le dialogue et la coopération avec les pays en développement, en particulier les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires en développement (PEID).
                                                                          Compte rendu : Sidi Md Mouttaly        
   


ليست هناك تعليقات: